J’ai voulu rendre hommage à cette formidable dynamique des femmes entre elles…ainsi que leur vaillance aux quatre coins du monde.

J’apprécie la liberté de penser de toutes ces femmes. « Libre de le dire », c’est une belle conversation entres deux femmes qui revendiquent le droit des femmes d’être l’égale des hommes, d’être libres de leurs actes, de leurs pensées, de leurs corps.

IL EST TEMPS DE REVETIR TA COURONNE

Rumeurs de haine de Taslima Nasreen

Le plus grand poète de notre pays, Shamsur Rahman, écrit : Talisma a acquis dans notre vie culturelle un nom qui ne laisse personne indifférent.

Ses chroniques l’ont rendue célèbre, même au-delà des limites de notre pays. Dans sa lutte contre nombre de nos traditions, elle fait preuve d’un courage remarquable qu’il convient de louer. Elle fustige notre société gangrenée par le machisme et le conservatisme, elle secoue notre immobilisme. Elle n’hésite pas un instant à dénoncer haut et fort, sans le moindre compromis, le fanatisme religieux qui nuit à notre humanité.


« Brandir la bannière de la religion s’est toujours révélé le moyen de réduire à néant les êtres humains aussi bien que l’esprit d’humanité. »

Taslima Nasreen

Afficher l’image source

Heval   29 septembre 2011

Libres de le dire de Taslima Nasreen

Les femmes – à la demande des membres masculins de la famille – doivent préserver leur virginité avant le mariage. Elles doivent ensuite se marier, être soumises et rendre heureux leurs maris, même si elles sont traitées de la même façon cruelle et égoïste, même si elles sont battues. Le mariage est pour la vie, elles doivent faire la cuisine et nourrir les membres de la famille, elles doivent être timides, pudiques, réservées et modestes; elles ne doivent pas traîner avec des hommes qui ne sont pas de leur famille. Elles doivent donner naissance à des bébés masculins, uniquement masculins. Elles ne doivent pas s’intéresser au sexe. Le sexe est un domaine masculin. Elles doivent vouer leur vie au bien-être de leur famille. Elles ne doivent pas vivre seules, mais être dépendantes de leur père, mari, frère ou fils. Elles ne doivent pas rire fort, mais elles devraient pleurer. Elles devraient être féminines, pas féministes. Elles ne devraient rien demander, mais se sacrifier. Les femmes sont non seulement la propriété des hommes, mais elles sont aussi la propriété de la société. La société s’intéresse beaucoup à leur vie privée. La société décide d’avec qui les femmes devraient dormir, de comment elles devraient parler, de ce qu’elles devraient porter. On attend de la société qu’elle garde un oeil sur elles.
AV   16 juillet 2012

L’alternative de Taslima Nasreen

Je suis un être humain à part entière, j'ai donc le droit de vivre à ma guise, de vivre mes envies sans qu'on invoque tout de suite pour les étouffer le fait que je suis une fille. Telle était, dès l'adolescence, toute ma philosophie. Non, je n'avais nulle envie de me changer en garçon ! J'avais seulement envie de rejeter les attitudes imposées qu'on voulait me voir prendre en raison de mon sexe.

Elles défendent les droits des femmes, la liberté d’expression, et critiqué sans ménagement l’intégrisme. Taslima Nasreen vit en exil, toujours menacée de mort par les fous de Dieu. Caroline Fourest a subi l’insulte et l’intimidation mais se sent protégée par la laïcité. Elles ne sont pas d accord sur tout, mais elles s’accordent pour le dire haut et fort : face au fanatisme, la meilleure arme reste de parler librement, sans peur ni tabous.

Les religions sont-elles les ennemies des femmes ? L’islam est-il fondamentalement intégriste ? Peut-on se battre sans être trahie par la gauche ni instrumentalisée par la droite ? Le multiculturalisme est-il l’allié objectif de l’intolérance ? Faut-il démocratiser ou séculariser en premier ? L’humanisme a-t-il un avenir ?

Avec la liberté de ton qu’on leur connaît et une lucidité tranchante, Taslima Nasreen et Caroline Fourest confrontent leurs vécus et leurs analyses. Des conversations inédites, profondes et passionnantes.


Libres de le dire par Nasreen


Taslima Nasreen est poète et écrivain. Originaire du Bangladesh, l’auteur de Lajja vit en exil et sous protection policière. Citoyenne d’honneur de la ville de Paris, elle est l’une des figures mondiales de la lutte contre l’intégrisme.

Caroline Fourest est chroniqueuse au Monde et à France Culture, dirige la revue ProChoix, enseigne à Sciences-Po et a publié de nombreux ouvrages sur l’intégrisme, dont Frère Tariq et La Tentation obscurantiste. Figure bien connue du féminisme et de la laïcité en France, elle a traversé l’affaire des caricatures comme journaliste à Charlie Hebdo.

Femmes, manifestez-vous ! par Nasreen


« À chaque fois qu’une femme se lève pour elle-même, sans le savoir, sans le prétendre, elle se lève pour toutes les femmes. » _ Maya Angelou

Qu’est ce que la critique et pourquoi critiquons-nous ?

NE CRITIQUEZ PAS, NE JUGEZ PAS : IL EST PLUS ENRICHISSANT DE POUVOIR EXPERIMENTER D’ABORD LES CHOSES PAR VOUS-MEME…

Qu’est-ce que la critique ?

Trivialement, faire une critique, c’est formuler un jugement négatif, expliquer un avis divergent, dire pourquoi l’on n’est pas d’accord. Au sens le plus immédiat, les pensées critiques, ce sont celles qui, d’une manière ou d’une autre, se montrent contestataires de l’ordre existant […]

Voir la suite sur Pensées critiques contemporaines


Ne critiquez pas, ne condamnez pas, ne vous plaignez pas…


Lorsque l’on étudie la vie d’Abraham Lincoln on s’aperçoit qu’en général, il manie la critique avec une extrême précaution et fait tout pour conserver l’amour propre de ceux à qui ils ferait des reproches.

Au lieu de condamner les personnes, il est préférable de les comprendre, de découvrir le mobile de leurs actions. Cela est beaucoup plus agréable et productif que de critiquer, et cela nous rend plus tolérants, compréhensifs et bons sans les offenser ou provoquer de la rancune.

Traitez les gens de la manière dont vous auriez souhaité qu’ils vous traitent. Ne dites rien à personne qui pourrait les (vous) vexer ou attrister si quelqu’un devait vous le dire…


Enregistrement audio de la séance :


Texte support
Butler, J., 2004, “What is Critique ? An essay on Foucault’s Virtue”, The Judith Butler Reader, Blackwell, Oxford, p. 302-322.


Bibliographie indicative
Foucault, M., 1990 [1978], « Qu’est-ce que la critique ? »,

Bulletin de la Société Française de Philosophie, vol. 84, n°2, p. 35-63.

L’INSTINCT DE SURVIE :  » LA SOBRIETE HEUREUSE « …

A quand le retour à une véritable humanité ?
Nous perdons le contrôle de notre vie sur terre…

Ecologie ou EcosystèmeQue pensez-vous de cette maxime :
« Science sans conscience,
n’est que ruine de l’âme… »

Je me faisais la réflexion hier même, et bizarrement je tombe sur cette vidéo : l’argent a pris le pouvoir. On a l’impression de ne vivre désormais qu’à travers cet instrument de « socialisation » mais surtout de domination.

Je parle ici de socialisation en ce sens que l’on a vraiment l’impression aujourd’hui et notamment dans les sociétés dîtes modernes, que si vous n’avez pas accumulé un certain nombre de biens, que l’individu lambda n’est pas reconnu en tant que tel mais plutôt considéré comme non intégré à la société…mais quel est le véritable enjeu de cette fameuse société, bâtie sur quel modèle, par qui et pourquoi ? Nous perdons le contrôle de la vie sur terre…Qui tirent les ficelles et quelles perspectives pour la planète ?

LA VIE CE N'EST PAS AVOIR & OBTENIR...

L’imposture du bien-être au travail : êtes-vous heureux Zuitton ?🤔😁

L’imposture du bienêtre au travail

chuuut

Étonnant phénomène auquel nous sommes de plus en plus confrontés ; les entreprises saupoudrent les organisations de messages bienveillants, d’incitations à être joyeux, à partager des activités, séminaires hors temps de travail, évènements en tout genre, à faire du sport… et brandissent l’étendard du bienêtre au travail à chaque respiration sur les réseaux sociaux. Il nous est quotidiennement fait l’injonction d’être heureux… pour bien travailler! Quand cesserons-nous l’imposture ?

Vous avez même pu lire sur ce site le post d’un coach qui conseillait aux managers « de proposer à ses salariés de pratiquer plus d’activités sportives pour être joyeux (…) car ils seraient plus productifs ! ».  La messe est dite ! A quand des préconisations sur notre activité sexuelle ? Cela nous guette ! Le petit livre rose du salarié parfait !

Une cliente s’agaçait dernièrement parce que je n’avais pas assez « creusé » lors d’un entretien la vie privée d’un candidat que j’avais recruté. J’étais passée à côté d’une dépression qu’il avait faite après un divorce il y a 3 ans. Le monsieur s’étant épanché autour d’un repas, elle s’indignait de mon investigation trop légère à ses yeux.

Untel a été malade, unetelle sort d’un deuil éprouvant … alors on hésite. Mais où va-t-on ? A l’heure où nos législateurs travaillent d’arrache-pied à protéger nos données personnelles, on demande aux cabinets de devenir détective privé ou psychiatre, et de sélectionner des candidats telles des tomates : « calibrés », du même rouge, de la même taille, sans défaut apparent.

Pour l’avoir expérimenté, je tiens à vous faire part de mon intime conviction ; celui qui est passé par une traversée du désert et se relève à tout autant à apporter à une équipe que le candidat orthonormé qui, en apparence, ne connait ni l’échec ni la souffrance. C’est cette complémentarité d’ailleurs qui me semble riche de sens. Et c’est dans l’épreuve qu’elle se soude.

Une équipe n’est pas un groupe d’individus clonés. Nos singularités nées de notre histoire font de nous notre richesse. Le collectif assure également à chacun l’appui quand l’un de ses coéquipiers tombe.

J’entends déjà mes détracteurs se moquer de ce qu’ils pensent être une vision naïve de nos organisations. Il s’agit peut-être de mon utopie mais j’ai la chance extraordinaire de vivre cela au quotidien dans mon entreprise et je tente de transmettre à mes clients ce message.

Dernier point incontournable pour en finir avec ce relent de moutarde qui me pique le nez ; quand les managers cesseront d’envoyer des mails à minuit, le we, en attendant qu’il soit fait réponse, quand les salariés pourront déconnecter les téléphones, ne plus travailler 12 heures par jour parce qu’on n’a pas remplacé le collègue parti en retraite, je pense qu’on assistera peut-être un vrai mieux être (pas au travail… non non…) juste dans la vie.

source : Elvire Daudigny Del Fondo, audigny consulting, consultante en ressources humaines

Une bouteille d’eau pliable en vente chez Mark & Spencer après le licenciement de Dragons ‘Den

Un entrepreneur a défié un Dragons ‘Den sceptique en signant un contrat de distribution avec Marks & Spencer pour sa bouteille d’eau pliable : deux ans après le rejet de cette idée par les cinq Dragons de la BBC.

Dragons Den - LtoR: Theo Paphitis, Peter Jones, Deborah Meaden, Duncan Bannatyne, James Caan

Les cinq étoiles de Dragons ‘Den de la BBC ont rejeté l’idée d’une bouteille d’eau pliable, qui est maintenant en vente chez Marks & Spencer.

Guy Jeremiah a initialement présenté son idée de bouteille d’eau pliable à cinq magnats du monde des affaires, dont Peter Jones et Theo Paphitis, dans l’émission de la BBC Dragons ‘Den, il y a deux ans. Tous les dragons ont rejeté l’idée, M. Paphitis ayant déclaré à l’entrepreneur que c’était un de ces moments où j’avais vraiment envie de me planter dans les yeux.

Mais M. Jeremiah a défié le scepticisme des Dragons de poursuivre son idée de la bouteille pliable, qui est commercialisée comme une alternative peu coûteuse et respectueuse de l’environnement à l’achat d’eau en bouteille. Il a vendu 100 000 bouteilles et signé un contrat de distribution avec Marks & Spencer. La chaîne vend la bouteille, appelée Aquatina, près des caisses et dans ses rayons de plats à emporter, selon le Daily Mail.

L’Aquatina est également en vente dans 15 autres pays, dont l’Allemagne, l’Australie et l’Espagne. Son design en accordéon signifie que, une fois compressé, le flacon correspond à un tiers de sa taille initiale et est suffisamment petit pour être transporté dans un sac à main ou une poche.

Lesley Saunders, experte en alimentation chez M & S, a déclaré que le produit était « parfait pour les mois d’été lorsque vous êtes en déplacement et que vous avez besoin d’une bouteille d’eau à portée de main sans avoir à transporter quelque chose de lourd ».

« C’est un réel vote de confiance que M & S ait repéré les avantages environnementaux et commerciaux des bouteilles pliantes. Avoir des bouteilles pliantes Aquatina disponibles à l’échelle nationale et internationale signifie que nous sommes maintenant dans cette position luxueuse de pouvoir jeter les Dragons de côté et non l’inverse », a déclaré M. Jeremiah.

L’eau en bouteille n’est pas aussi sûre que la variété du robinet.

Une étude a suggéré que l’eau embouteillée coûte beaucoup plus cher que l’eau du robinet mais n’est pas plus saine pour les consommateurs.

L'eau en bouteille n'est pas aussi sûre que la variété du robinet
Photo : GETTY IMAGES
Une bouteille d’eau ouverte n’a aucun moyen de rester stérile et doit donc être bue quelques jours plus tard, a-t-on affirmé.

Les chercheurs ont découvert que les variétés en bouteille sont soumises à des tests d’innocuité bien moins rigoureux que l’eau du robinet et sont beaucoup plus susceptibles d’être contaminées ou de devenir une source d’infection.

Bien que l’eau du robinet doive être contrôlée quotidiennement dans le cadre d’un régime d’inspection rigoureux, les fabricants de bouteilles embouteillées ne sont tenus d’effectuer que des tests mensuels à la source, a-t-on affirmé.

L’eau du robinet contient également des traces de chlore qui empêchent la propagation de tout ce qui est dangereux, comme les infections bactériennes, a-t-il été rapporté.

Mais une fois remplie et scellée, une bouteille d’eau peut rester en stock pendant des mois avant d’être vendue et ne contient aucun additif désinfectant tel que le chlore.

Une bouteille d’eau ouverte n’a aucun moyen de rester stérile et doit donc être bue en quelques jours. Cela peut coûter jusqu’à 1000 de plus.

«L’eau provenant des robinets britanniques est la plus rigoureusement testée au monde», a déclaré le professeur Paul Younger, de l’Université de Glasgow.

«Les gens pensent qu’il doit y avoir quelque chose qui ne va pas avec l’eau du robinet car elle est tellement bon marché et abondante. Mais du point de vue de la sécurité et du prix, l’eau du robinet est meilleure pour vous.

« Si la bouteille est ouverte par inadvertance ou si quelqu’un la manipule, elle peut facilement être contaminée. »

Prof Younger, l’auteur de Water : All That Matters, a ajouté au Daily Mail : «Il y a certainement plus de chances que vous trouviez quelque chose de nocif dans l’eau embouteillée que dans les robinets.»

« Idéalement, il devrait être bu le jour de son ouverture, car il peut facilement capter les bactéries des mains ou du visage de quelqu’un. »

On estime que les Britanniques dépensent environ 1,5 milliard de livres sterling en eau embouteillée chaque année. Les experts disent que nous buvons 33 litres d’eau en bouteille par an, qu’il s’agisse d’eau minérale ordinaire, gazeuse ou d ‘«eau du robinet purifiée».

Des études de marché, Mintel, ont constaté que près du quart des personnes qui boivent de l’eau en bouteille à la maison le disent parce qu’elles pensent que c’est «meilleur pour elles» que l’eau du robinet.

Sue Pennison, de l’Inspection de l’eau potable, qui vérifie les fournitures domestiques, a déclaré au journal que sur plus de quatre millions d’échantillons d’eau du robinet l’an dernier, 99,96% avaient satisfait à des normes strictes.

Elle a déclaré: « L’eau du robinet est potable, tout le reste est un choix de vie personnel. »

Mais Jo Jacobius, directeur de British Bottled Water Producers, a déclaré que toute l’eau disponible en Grande-Bretagne était «hautement réglementée et généralement de bonne qualité».

La plupart des compagnies d’eau embouteillée testent leurs produits quotidiennement.

L’eau minérale naturelle en bouteille doit provenir d’une source souterraine officiellement reconnue, être mise en bouteille à la source et ne peut être ni traitée ni filtrée.

L’eau de source doit également être mise en bouteille à la source, mais elle peut être traitée ou filtrée. Provenant des rivières, des forages et des sources, l’eau du robinet est traitée et alimentée ou retenue dans des réservoirs de stockage.

Source : https://www.telegraph.co.uk/journalists/telegraph-reporters/

Japon : 5 coutumes à connaître avant la coupe du Monde de rugby

woman-in-water