A la fin de la journée, je suis en paix avec moi-même puis avec le monde.😇 💝 💞

AT THE END OF THE DAYC'EST DANS SON CEUR QU'L FAUT CONSTRUIRE LA PAIX
Je suis équilibrée, je suis centrée et je suis en paix.

💓 💞 💕

LES 4 MAITRES DE L’EGO…

TOUT CHANGEMENT EST DIFFICILE AU DEBUT

ET SI NOUS « CULTIVIONS » UN ETAT D’ESPRIT POSITIF ?

LE BONHEUR EST A L’INTÉRIEUR DE SOI : C’EST UN ETAT D’ESPRIT QUE « JE CULTIVE »… MAIS AUSSI UNE BELLE EXPÉRIENCE DE VIE… ET MA PERCEPTION DES CHOSES : C’EST ETRE EN PAIX TOUT SIMPLEMENT.
★★★🌞 🔆 🌟★★★

gif-1913308155.gifCet article a été rédigé en fin d’année dernière, mais j’ai décidé de lui « redorer le blason » en lui donnant un petit coup de fraîcheur…Yé crois bien qu’il commençait déjà à se languir de vous retrouver ! 😎

Avez-vous le moral dans les baskets
ces temps-ci ?

Et si nous y remédions ? Je propose de vous donner des éléments qui pourront vous aider dans un premier temps à sortir de cette morosité ambiante, mais encore mieux, vous pourrez (en y mettant de la bonne volonté) reprendre le contrôle presque aussitôt !

Par quoi devrez-vous commencer selon vous ? Eh bien vous pourriez déjà remédier à cela et retrouver la pêche et la paix rien qu’en changeant votre façon de penser.


La sagesse, c’est savoir que je ne suis rien.
L’amour, c’est savoir que je suis tout,
et entre les deux, je vis ma vie…

N'ATTENDEZ PAS D'ETRE HEUREUX.jpg


Tout d’abord, il serait vraiment utile de savoir comment vous avez l’habitude de commencer la plupart de vos journées…quel est votre rituel du matin ?

Etes-vous de ceux qui peinent souvent à sortir du lit, avec cette très désagréable impression d’être fatigué(es) et de ne pas avoir récupéré de votre nuit ?

Peut-être que vous ne présenter pas vraiment tous ces symptômes, mais vous voulez avoir le moral, ou pas ?! Bon, c’est parti alea jacta est* ! Gageons que ces cinq étapes puissent vous aider afin de pouvoir vous en sortir assez rapidement :

ALEA JACTA EST.jpg


1- Resaisissez-vous !

Allez hop hop hop, il est grand temps de reprendre le dessus et de se bouger un peu le popotin et je dirais même plus : soyons réaliste, mais exigeons l’impossible ! 😊

Et si vous décidiez de réagir, plutôt que de passer votre temps à ruminer ?

Inspiration.jpg

Tient en vous mettant par exemples au Yoga en effectuant quelques simples petits exercices d’assouplissement, ou encore de la méditation au moment du réveil.

Vous pourriez aussi faire du footing, de la marche ou du vélo le matin, en tout cas pour ceux qui seraient de « fervents » adeptes de ce type de sport !

Un peu d’enthousiasme, cela ne pourra
que vous être bénéfique voyons…😉

Je sais, bon je vous vois venir, vous allez encore me dire que vous avez un timing déjà serré, pas suffisamment de temps patati et patala…pas d’excuses, eh bien trouvez le ce temps, eh eh il suffit simplement de se levez un peu plus tôt !⏳🏃‍

Vous avez tous très certainement déjà entendu dire que «vouloir, eh bien c’est pouvoir» n’est-ce pas ? Alors sache ce que tu veux et fais ce que dois…


TOUT CE DONT J’AI BESOIN
MAINTENANT EST ICI…


2 – Le petit déjeuner

healthy-breakfast_4460x4460 (1)-747027607..jpeg

Nous avons de nos jours, pour la plupart d’entre nous, un style de vie plutôt oppressant qui fait qu’avec toutes nos innombrables activités urbaines, nous finissons par tôt ou tard développer le sentiment négatif de vivre à 💯 à l’heure et de ne plus pouvoir parfois contrôler les choses. Heureusement, nous avons toujours cette possibilité de dire stop !

GRATITUDE
Pourtant, il est capital d’arriver à lever le pied et de « maîtriser » certains éléments de nos vies, afin de parvenir à garder le cap…sous peine de succomber un de ces quatre matins au stress  généré par ce mode de vie trop rapide, ou même pis, d’être confronté au risque de sombrer dans la dépression qui pourrait s’installer.

En conséquence, accordez-vous avant tout ce laps de temps et profitez-en pour prendre un vrai petit déjeuner : bol de chocolat, lait, pain complet, céréales, œufs, jus d’orange et ou une banane (qui contient des fibres, du glucose, c’est également un bon booster). Enfin, c’est à varier bien sûr, cela sans aucun complexe, et selon les goûts et envie de chacun(e).

Le corps est une magnifique machine qui a besoin de sa dose de vitamines pour bien démarrer tout comme notre état d’esprit qui peut d’ailleurs à lui seul conditionner toute notre journée, mais ne vous inquiétez surtout pas car nous reviendrons sur cet aspect des choses…

Il est donc important, et je dirais même primordial de se donner le temps de savourer ce petit instant privilégié qui devrait même demeurer un vrai rituel…

Oui puisque c’est également (vous en conviendrez aisément), ce moment qui vous permettra de bien préparer votre corps dans la perspective d’une longue journée qui vous attendrait.

Pensez en revanche à boire beaucoup d’eau (un verre le matin en vous levant), mais également à d’autres moments de la journée, car cela est du reste tout aussi nécessaire pour équilibrer votre métabolisme. Ce qui vous permettra de garder une hydratation suffisante surtout en temps de chaleur…


3 – Cultiver son moi intérieur

Continuer à lire … « ET SI NOUS « CULTIVIONS » UN ETAT D’ESPRIT POSITIF ? »

Parce que nous éprouvons des émotions, que nous avons des sentiments, et que nous sommes capables d’aimer : nous ne sommes donc pas des machines, nous avons une liberté de conscience…

NOTRE INTERET EST LA BOUSSOLE QUE SUIVENT NOS OPNINONS
« L’homme est perfectible parce que
c’est un être libre. »

La question de la connaissance, de la compréhension du vivant et surtout de l’Homme, a, de tout temps, suscité de nombreux débats. La philosophie orientale, dont nous sommes les héritiers, a le positionnement suivant : elle pense que l’idéal, le but de l’espèce humaine, est d’évoluer vers une connaissance exhaustive d’elle-même en étudiant l’Homme comme un être harmonieux et autonome. A l’inverse, Descartes, propose un modèle, dit mécaniste, dans lequel l’Homme est considéré comme étant ni plus ni moins qu’une machine. Ainsi, se pose la question : qu’est-ce que le vivant ?

Définition du vivant

  • organisme, ensemble constitué par des éléments ou organes remplissant des fonctions différentes et coordonnées
  • définition plus « technique » : ensemble unifié et relativement autonome, présentant des fonctions spécifiques : la reproduction, l’action de se nourrir ; la résistance à l’extérieur, en même temps que le besoin d’être en relation continuelle avec lui

Qu’y a-t-il d’exceptionnel dans cette définition ?
Pour être organisé, un être ne doit-il pas avoir quelque chose comme une âme… ou être produit, peut-être, par quelque chose comme une âme ?

On se demandera ici si la finalité dont paraît être doté cet être est réelle, ou seulement une illusion toute humaine
On veut d’abord savoir de quel genre d’être on parle, et ensuite on se demandera si c’est seulement parce que la technique remet en question la condition humaine et sa terre d’accueil….

Si l’on interroge aujourd’hui un étudiant en sciences, il nous dira que l’être vivant n’est pas un être exceptionnel. Cette réponse était déjà celle de Descartes au 17e, et domine aujourd’hui les livres scolaires. On appelle cette conception le mécanisme. Qu’est-ce que le mécanisme ?

L’homme, en tant qu’organisme (possédant une unité harmonique et un caractère) et que structure autonome constituée de « parties » (organes par exemple) qui forment un tout car elles sont interdépendantes ce qui signifie que le fonctionnement d’une partie est tributaire de celui des autres et que ces parties participent toutes à un fonctionnement global, à une fin commune, au projet de cet organisme (projet immanent à sa structure) : le maintien de l’être vivant en vie. Et chaque être vivant est un individu au sens où il forme une unité distincte de toutes les autres et qui ne peut être divisée sans être détruite car toutes les « parties » dépendent les unes des autres. Ainsi lorsqu’un problème philosophique fait intervenir le « vivant » c’est bien de l’Homme qu’il est question et non pas de tous les êtres vivants qui peuplent la Terre.

Nous ne sommes pas en notre corps comme un
« pilote en son navire » (Descartes)


-  Le corps machine n’est pas simplement extérieur à nous : il interagit sur notre esprit et si cet esprit commande au corps, le corps lui aussi détermine l’esprit. Pour que l’image du pilote et de son navire soit valable, il faudrait imaginer une relation philo-génétique entre lui et son bateau, par exemple qu’il soit le fils du bateau.

- Toute interprétation mécaniste des comportements humains est vouée à l’échec : exemple de Laborit et des interprétations neuro-physiologiques.
o Laborit propose de réduire les comportements humains à 4 comportements de base, que nous partagerions avec les animaux : la satisfaction, la fuite, l’agression, l’inhibition.
o il ne voit dans le langage qu’’un « alibi langagier » à ces conduites primitives…

- mais tous les comportements humains ne peuvent s’expliquer de manière aussi mécanique : comment par exemple expliquer l’héroïsme, le don de soi, ou encore l’altruisme par de simples réactions psychiques liées à ces déterminations archaïques ?

Le déterminisme mécaniste des sciences biologiques voudraient réduire l’homme à n’être qu’une machine. Or vous pouvons bien montrer que ceci n’est possible qu’au prix d’une réduction : l’homme est toujours au delà, en bien ou en mal de la simple animalité.

Parce que nos réactions ne sont pas pré-déterminées, nous ne sommes pas des machines.
L’homme est un être en devenir : nul ne peut dire ce que va devenir un être humain dans le cours de sa vie : les être humains sont perfectibles, ce que ne sont pas les machines qui correspondent à un programme pré-établi.

LA LIBERTE D'AIMER EST LE MEME DROIT QUE LA LIBERTE DE PENSER

La notion de liberté :


L’homme est perfectible dans la mesure où il est défini essentiellement comme un être en puissance, non en acte ; par opposition à l’animal dont les caractéristiques spécifiques sont immuables, par rapport à la machine qui ne peut être différente de ce pour quoi elle a été conçue, l’homme est un être en devenir.

- l’homme n’est pas informé héréditairement comme l’animal qui possède dès sa naissance un instinct (Canguilhem). Ceci a pour l’animal la conséquence d’être parfaitement aliéné aux conditions naturelles. Il n’y a pas de milieu naturel à l’homme : par son travail l’homme invente son propre milieu. Il est donc contraint à la perfectibilité, il est contraint à « s’inventer lui-même. »

- On peut aussi donner un sens moral à cette maxime. A la naissance nous ne sommes originellement rien : c’est après, après l’existence que nous allons devenir et ce que nous deviendrons aura des conséquences plus larges : en nous choisissant nous choisissons aussi les autres hommes ! (Sartre).

- Refuser ce devenir, refuser de considérer que rien n’est joué de notre être avant la dernière heure, c’est aussi refuser notre condition d’homme. On pourrait appliquer à l’homme cette maxime que Bachelard attribuait à la science : dans l’homme « rien n’est donné, tout est construit ». On ne naît pas femme on le devient, disait S. de Beauvoir : on pourrait aussi bien dire, on ne naît pas homme, on le devient.

C’est dans la condition de l’homme de devoir en permanence créer l’image qu’il veut pour l’humanité. L’homme est un être en devenir, la perfectibilité est donc au centre de son être. La machine, elle, si elle évolue, ne le fait que par l’intervention de l’homme, et dans une mesure qui est toujours déterminée par lui.

- Ce qui était pour nous une carence va finalement se révéler être une chance. C’est parce qu’il naît immature que l’homme est libre. Ainsi, il a dû inventer des techniques pour survivre, mais en même temps il a découvert qu’il pouvait dans une certaine mesure se rendre indépendant de la nature, en tous cas qu’il pouvait remédier à sa faiblesse de dotation naturelle, que constate Kant.

- Etre libre c’est aussi ne pas subir la loi de la nécessité et du besoin, mais être capable « d’obéir à la loi que l’on se donne » (Rousseau). Les êtres humains vont soumettre toute l’énergie de leur vouloir pour satisfaire un but qu’ils se donnent librement. La nécessité est incapable d’expliquer à elle seule les prodiges de technique que l’homme est capable de réaliser. C’est au prix d’un effort volontaire, d’une capacité à « plier sa volonté à un projet«  que se définit sa conscience. Cette dimension de la liberté nous distingue donc de l’être déterminé qu’est la machine.

- C’est originairement parce qu’il ne se confond pas avec ses objets, parce qu’il se constitue comme un sujet en face de ses objets, au lieu de se laisser absorber par eux, que l’homme est conscient et perfectible. Du chien qui ronge son os, on pourrait aussi bien dire qu’il est rongé par l’os, puisqu’il n’est plus que cela, un plaisir lié à une chose.

Face à la moindre de ses idées, l’homme conscient est libre : il la regarde comme un objet, susceptible d’être critiquée, comprise, évaluée par d’autres que lui, comme quelque chose d’autre que lui qu’il peut modifier.
Image associéeLa pensée va accepter le risque du monde, y rencontrer les autres et se modifier au gré de ces échanges. Elle va se perfectionner. Elle interagit sur d’autres pensées. Voici un ensemble qui ne peut se ramener à un schéma mécaniste : parce qu’il est en devenir, parce qu’il est un réseau de relations, l’homme n’est pas une machine.

Conclusion : L’homme est un être perfectible parce qu’il est conscient et ne se confond jamais avec ses objets. Il peut développer ses connaissances car il n’est « jamais satisfait du sens trouvé ».

Résultat de recherche d'images pour "La liberté de conscience"

 

 

LA VIE EST BELLE, OUVRE LES YEUX ET VOIS TOUTES LES OPPORTUNITES QU’ELLE T’OFFRE…

BONJOUR BEAUTY
LA VIE EST BELLE OUVRE LES YEUX
AFFIRMATIONS POSITIVES POUR BIEN COMMENCER LA JOURNEE
COEUR 4EXCELLENTE SEMAINE A TOUS !
Positivement vôtre
Yola M. ❤

« Chaque jour est un cadeau : On sait bien qu’on va mourir un jour ou l’autre, mais on ne sait pas quand… »

Résultat de recherche d'images pour "GREASE"Olivia Newton-John, malade, refuse de connaître le temps qu’il lui reste à vivre…

Olivia Newton-John, malade, refuse de connaître le temps qu'il lui reste à vivre
Olivia Newton John au photocall de la soirée G’Day USA à Los Angeles, le 27 janvier 2018. ©Agence, BestImage

À 70 ans, la star se bat actuellement contre un énième cancer. Pourtant, elle préfère rester positive. Voilà pourquoi elle a demandé à son médecin de ne pas lui parler de ses chances de survie.

Grease : un préquel en développement

C’est dans une interview accordée à l’émission australienne 60 minutes, diffusée dimanche 4 août 2019 sur Channel 9, qu’Olivia Newton-John s’est confiée sur son état de santé. L’actrice, révélée grâce à son rôle de Sandy Olsson dans « Grease » après avoir fait des débuts remarqués dans la musique au milieu des années 1970, dévoilait en septembre dernier avoir été diagnostiquée d’un cancer pour la troisième fois. Une nouvelle rechute (la précédente date de 2013) qu’elle tente de prendre le plus positivement possible, bien que sa maladie soit au stade 4 (les métastases se développent dans l’ensemble du corps).

Grease_Affiche

« Chaque jour est un cadeau »

« On sait qu’on va mourir un jour ou l’autre mais on ne sait pas quand« , a-t-elle assuré avant de poursuivre : « Quand on vous diagnostique un cancer ou une maladie terrifiante, on vous donne une date limite. Si quelqu’un vous dit qu’il vous reste six mois à vivre, cela arrivera sûrement, parce que vous y croyez. Alors psychologiquement, pour moi, c’est mieux de ne pas savoir ce que prédisent les médecins, ni ce que la personne qui a eu ça avant moi a vécu.« 

Considérant que « chaque jour est un cadeau« , la comédienne souhaite seulement voir le bon côté des choses et pèse la chance qu’elle a eu au cours de son existence : « J’ai eu la plus belle des vies, des opportunités, des personnes merveilleuses autour de moi. Alors j’ai de la chance. Beaucoup de gens traversent ce que j’ai traversé sans le soutien et les moyens qui permettent de gérer ça, je ne l’oublie jamais. » Pour aider ces derniers, elle oeuvre avec le centre de recherche dédié au cancer qui porte son nom : Olivia Newton-John Cancer Wellness & Research Center.

Olivia Newton Jhon malade refuse de connaître
le temps qu’il lui reste à vivre…

Merci pour vos Réactions 🙏
A très bientôt mes Chers Readers,
Positivement, Yola M.

LE GUERRIER PACIFIQUE – histoire vraie de Dan Millman – Le film à voir…

LE GUERRIER PACIFIQUE
Cette histoire est basée sur la véritable vie de Dan Millman ou plutôt elle raconte le début de son éveil … et les étapes classiques de la prise de conscience : d’où l’on vient avec notre besoin de contrôle, notre égo, notre façon de ne pas goûter la vie, nos pensées qui ont bien besoin d’être passées au sabre de la pacification … et où l’on finit toujours par en passer pour comprendre et apprendre : les erreurs, des rencontres synchroniques et étonnantes, déstabilisantes mais répondant à notre attente profonde, nos résistances, l’épreuve que l’on a créée (l’accident), l’adieu à l’égo (la scène sur le clocher), le développement de nos sens, l’écoute, la présence dans l’instant, le lâcher prise, la confiance en la vie, la joie du chemin plutôt que la fixation sur l’enjeu du résultat, la mort et la renaissance, l’envie de partager et ne pas vouloir convaincre (le collègue gymnaste sur le banc à la fin), l’ETRE et la réalisation d’un rêve …. mais ceci n’est toujours qu’un pas … le savoir n’est rien, la vie vaut tout ! 🙏

Le guerrier pacifique – le film

Tout commence le jour où il rencontre un personnage énigmatique et un peu surnaturel, Socrate, perché sur le toit d’une station service, proche de son campus universitaire de Berkeley. Socrate, qui semble doué du don de lire dans ses pensées et son coeur, puis d’autres pouvoirs un peu spéciaux,  va rapidement prendre la place de son maître de vie.

Grand sportif, il sera un jour confronter à une immense épreuve : celle de l’accident. S’ensuivra alors plusieurs étapes qui le guidera vers un nouvel éveil spirituel. La voie commence là où nous sommes. Elle fonctionne à tous les niveaux. La méthode est l’action. Le temps, maintenant.

C’est à travers cette épreuve qu’il va vraiment prendre conscience que tout est une question de mental. Nous allons suivre son cheminement, peu à peu il lutte contre la fatalité, contre le doute et le découragement. Il s’agit de l’aventure la plus fascinante qui soit, celle de la conquête de soi…

Nous pourrions nous dire  que le voyage s’arrête là mais ce n’était que le début pour Dan Millman qui s’est, comme chacun de nous, retrouvé face à  l’échec…ce qui l’entraînnera vers ce merveilleux voyage initiatique.😇