Pourquoi est-ce si difficile de changer ?

L’être humain à l’instar du jeune enfant préfère la notion de plaisir et de bien-être qu’il tend naturellement à privilégier en restant dans sa « bulle » (association du cocon maternel dans lequel il évoluait), par rapport à celle de l’effort qui lui demande de quitter cette zone de sécurité.

Il y a quelques années en arrière, j’ai eu l’occasion de m’occuper de très jeunes enfants…
et je me souviens d’ailleurs que l’un d’entre eux se mettait à pleurer aussitôt que sa mère avait franchit le seuil de l’entrée.

Cette réaction est selon moi une illustration parfaite, et constitue une des premières représentations de nos peurs :  celle de l’abandon, peur de l’échec, de prendre des risques, peur du jugement des autres…
Or, il s’avère bien souvent que ces craintes ne sont pas fondées.

Si l’on se réfère à la situation décrite ci-dessus, il y avait visiblement une peur cachée derrière cette réaction maintes fois reproduites.
Pourtant, à le voir aujourd’hui, bien des années après, on a vraiment du mal à imaginer que c’était cet enfant qui pleurait à chaudes larmes lorsque sa mère tournait les talons :

ce gentil « petit garçon » s’est mué en un géant de 1.80 m (bien qu’encore adolescent), j’ai eu moi-même du mal à le croire en voyant les chaussures qu’il avait abandonneés à l’entrée lors de sa dernière visite !

Et je peux vous dire que ce n’était pas la personne que j’ai alors connu : il était devenu cette personne très calme, sûr de lui disciplinée dans ses gestes et paroles.

Pourquoi diable est-ce que je vous ai parlé de tout cela ? En faite, c’est que cette petite anecdote m’a fait penser que parfois certaines personnes peuvent grandir façonnées négativement par les différents événements de la vie : ce qui était loin d’être son cas;

Tandis que d’autres arrivent à se construire sereinement malgré cet environnement où ils n’ont pu profiter de la représentation typique du couple : en effet, ce jeune homme ayant évolué dans un foyer où il n’a pu bénéficier que du schéma maternel…

Qu’est-ce qui selon vous pourrait bien différencier ces deux types de personnes ?

On serait tenté tout de suite de dire l’éducation qui leur a été donnée,
ce qui est en somme une vérité très probable…mais à bien y réfléchir, cela n’est finalement qu’un élément de réponse.

Nous avons tous connu ou entendu parlé de ces personnes, voire des enfants de stars qui même élevés dans un milieu dit favorable, sont  pourtant amenés à se rebeller et font ou vont paradoxalement complètement à l’opposé en faisant le pire (par esprit de contradiction pourrait-on penser); mais cette attitude cache souvent en réalité bien autre chose : le désir d’attirer l’attention sur elles ou celui de s’affirmer en tant qu’adulte.

Tout ceci pour dire que si nous analysons le fond des choses,

Notre façon de réagir face aux événements est donc l’élément le plus déterminant pour notre vie future…et ce qui est primordiale, c’est ce que nous faisons d’une part, de ce qui nous a été donné et d’autre part, de nos expériences vécues.

En effet, la stabilité émotionnelle ne vient pas à proprement parler des circonstances extérieures, mais bien de la façon dont vous réagissez à ces phénomènes extérieurs.

Le bouddhisme vous encourage à répondre à tous les événements avec sérénité. Il est conseillé d’apprendre aux enfants que les choses sont ce qu’elles sont et qu’ils peuvent ainsi renforcer leur rôle sur leur évolution en acceptant cet état de fait.

D’un autre côté, beaucoup de gens se contentent une fois devenu adulte, soit de suivre le mouvement, dictée par la société (il faut faire des études etc…) sans s’interroger sur ce à quoi ils aspirent vraiment dans leur vie…

Et bien souvent, une fois arrivé au milieu de cette vie, il leur arrive de se rendre compte enfin qu’ils se sont trompés de voie ou ne sont pas satisfaits de ce « choix », si il en est un…

La question qui se pose est de savoir que faire à ce moment là ? Continuer durant des années sur la même voie ou se décider à opérer un changement de vie ?

Selon moi, le meileur parti à prendre serait d’adopter les principes énumérés ci-dessous :

Young Woman blowing colorful confetti at the beach in slow motion

***

1. Etre honnête envers soi-même

Il nous faut admettre que la majorité d’entre-nous avons un grand désir de changement arrivé à ce stade de la vie.

Seulement, nous nous laissons bien souvent dominés par ces fameuses peurs.

La plupart des gens ont beaucoup d’idées reçues ou imposées quant au fait de changer d’emploi, de vie, de lieu, de compagnon etc…

Or, il en va bien souvent de notre salut et de l’aboutissement de nos rêves qui sont l’un des principaux moteurs de nos vies.

***

2. Le concept du mouvement. 

Dans la culture occidentale, la plupart rejettent l’idée que les choses sont en constante évolution et se complaisent dans leur routine, l’habitude, ou le confort…

Mais il y a une grande sagesse dans la notion bouddhiste selon laquelle tous les concepts sont en perpétuel mouvement, et fluctuent par conséquent dans le temps.

Il est aussi judicieux d’apprendre aux enfants que le changement est naturel et que la meilleure façon d’appréhender la vie est d’être reconnaissant pour chaque jour qui passe, parce que chaque jour est différent et unique.

A CHAQUE JOUR SUFFIT SA PEINE

***

3. Apprendre l’acceptation.

Les bouddhistes savent qu’en raison de l’impermanence, une anxiété sous-jacente existe toujours. C’est une émotion normale que chaque être humain ressent et la souffrance se dissipe une fois que vous la reconnaissez et l’acceptez.

Il vaut mieux apprendre aux enfants que l’anxiété est une expérience normale en tant qu’Être vivant dans un monde qui bouge sans cesse, et qu’il est tout à fait possible de  surmonter positivement cette état d’esprit.

***

4. Accueillir et gérer ses émotions.

N’ayez pas peur d’éprouver, exprimer votre colère et surtout votre joie !

Le bouddhisme encourage à prêter attention aux fluctuations de la vie. Pour cette raison, il considère que les émotions ne sont pas «bonnes ou mauvaises» mais sont des messagers qui informent sur votre disposition spirituelle en fonction des circonstances du moment.

Il est important d’apprendre aux enfants à traiter leurs émotions de façon la plus naturelle, et de les vivre jusqu’à ce qu’elles passent.

***

5. Favoriser l’émergence de soi.

De nos jours, les parents sont stygmatisés et cherchent à sur-protéger instinctivement leurs enfants de la vie. Cependant, quand les enfants font leurs propres expériences, ils sont plus aptes à résoudre les difficultés personnellement et construisent leur résilience face aux aléas de la vie, sans se sentir débordés. Tout ce qu’il risque de leur arriver de mieux, c’est de découvrir la vie et de révéler leurs aspirations…

L’enfance passe, la jeunesse la remplace, la vieillesse prend sa place, la mort les ramasse mais seuls les souvenirs restent à leur place.

Aimer c’est aussi laisser la liberté d’être et d’oser : si vous garder vos enfants dans un nid douillet afin de les protéger des obstacles sur leur chemin, plutôt que de les encourager à faire leurs propres expériences, cela ne leur donnera pas l’occasion de s’adapter à la réalité

Mais dans le cas contraire, l’opportunité leur sera offert de pouvoir forger leur propre caractère et de renforcer leur capacité à faire face à la difficulté et à leurs choix.

A bientôt,

Yola M.

😘

Auteur : Yola Marin

« Beaucoup pensent à vivre longtemps, peu à bien vivre » Socrate.*** « La vie est une fleur, et l’amour en est le miel ». Mon aisance relationnelle, doublée d’un sens accru de l'empathie ainsi que d’une véritable intelligence émotionnelle développée au fur et à mesure de par mon vécu, me permettent d'être vraiment à l'écoute des autres et de mieux comprendre les problématiques qui sont liées à la construction, au développement de la personnalité tant sur le plan personnel que dans le cadre familiale (enfance, parents-enfants, couples, rêves, aspirations....) que dans le domaine professionnel (envie de progresser, challenge). A cette étape de mon parcours où j'ai pu acquérir des compétences dans les différentes sphères de la vie, j'ai décidé de me lancer dans le but d'impulser une dynamique qui incite à se dépasser et retrouver la confiance en soi...😇*«IL N'Y A QUE DEUX CONDUITES AVEC LA VIE : SOIT VOUS LA REVER SOIT VOUS L'ACCOMPLISSEZ !»

10 réflexions sur « Pourquoi est-ce si difficile de changer ? »

  1. Votre style d’écriture est assez plaisant à lire. Quant aux pistes données j’ai particulièrement apprécié celle où il est dit qu’il n’y a pas de bons ou de mauvais sentiments. En considérant les choses de cette façon, on est bien plus apte à être honnête avec soi-même et envers les autres étant donné qu’il ne sera pas question de refouler des sentiments qui méritent d’être exprimés.

    Merci pour cette lecture!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour votre passage sur le blog et votre commentaire enrichissant. Les émotions font effectivement partie de tout ce qui constitue notre être : il faut par conséquent seulement apprendre comment bien les accueillir…et non les refouler. A bientôt.

      Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Dan,
      Je te remercie pour ton commentaire fort appréciable…eh oui figure-toi que c’était pareil pour lui :
      comme quoi dans la vie on ne peut préjuger de rien ! Excellente journée. Bises. Yola
      😘

      Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.