LE GUERRIER PACIFIQUE – histoire vraie de Dan Millman – Le film à voir…

LE GUERRIER PACIFIQUE
Cette histoire est basée sur la véritable vie de Dan Millman ou plutôt elle raconte le début de son éveil … et les étapes classiques de la prise de conscience : d’où l’on vient avec notre besoin de contrôle, notre égo, notre façon de ne pas goûter la vie, nos pensées qui ont bien besoin d’être passées au sabre de la pacification … et où l’on finit toujours par en passer pour comprendre et apprendre : les erreurs, des rencontres synchroniques et étonnantes, déstabilisantes mais répondant à notre attente profonde, nos résistances, l’épreuve que l’on a créée (l’accident), l’adieu à l’égo (la scène sur le clocher), le développement de nos sens, l’écoute, la présence dans l’instant, le lâcher prise, la confiance en la vie, la joie du chemin plutôt que la fixation sur l’enjeu du résultat, la mort et la renaissance, l’envie de partager et ne pas vouloir convaincre (le collègue gymnaste sur le banc à la fin), l’ETRE et la réalisation d’un rêve …. mais ceci n’est toujours qu’un pas … le savoir n’est rien, la vie vaut tout ! 🙏

Le guerrier pacifique – le film

Tout commence le jour où il rencontre un personnage énigmatique et un peu surnaturel, Socrate, perché sur le toit d’une station service, proche de son campus universitaire de Berkeley. Socrate, qui semble doué du don de lire dans ses pensées et son coeur, puis d’autres pouvoirs un peu spéciaux,  va rapidement prendre la place de son maître de vie.

Grand sportif, il sera un jour confronter à une immense épreuve : celle de l’accident. S’ensuivra alors plusieurs étapes qui le guidera vers un nouvel éveil spirituel. La voie commence là où nous sommes. Elle fonctionne à tous les niveaux. La méthode est l’action. Le temps, maintenant.

C’est à travers cette épreuve qu’il va vraiment prendre conscience que tout est une question de mental. Nous allons suivre son cheminement, peu à peu il lutte contre la fatalité, contre le doute et le découragement. Il s’agit de l’aventure la plus fascinante qui soit, celle de la conquête de soi…

Nous pourrions nous dire  que le voyage s’arrête là mais ce n’était que le début pour Dan Millman qui s’est, comme chacun de nous, retrouvé face à  l’échec…ce qui l’entraînnera vers ce merveilleux voyage initiatique.😇

La façon dont vous traitez les autres, c’est leur Karma…| Comment vous réagissez à leur comportement, c’est le vôtre.

CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR
SUR LE KARMA…
1560516392361-2005827925.jpgDans la vie, il faut pouvoir se defendre....png

Savoir où vous voulez aller, et qui vous voulez devenir, c’est là votre meilleur atout… 👀

LA MEILEURE FACON DE PREDIRE L'AVENIR, C'EST DE LE CREER
Sans but, il est difficile de marquer des points.


  QUEL EST LE NIVEAU QUE VOUS VISEZ ?

QUEL NIVEAU VISEZ-VOUS...1

« Du moment que vous avez un but,
toutes les réussites sont possibles ! »


NOUS VOULONS TOUS être bons dans notre domaine. Mais quel niveau voulons-nous atteindre précisément ? Assez bon ? Bon, très bon, le meilleur dans notre domaine ? Ou encore être connu du monde entier ?

Le talent ça aide certes, mais ça ne vous mènera pas aussi loin que l’ambition…

Tout le monde veut être bon; mais la plupart du temps, très peu de gens sont prêts à faire les sacrifices nécessaires afin d’y parvenir.

Beaucoup préfère être aimable pour qu’on les apprécie. Il n’y a pas de mal à cela, mais ne confondez pas être bon et être apprécié.

Nous sommes nombreux à rechercher un moyen, une solution pour progresser.

Cependant, Il n’existe aucune véritable solution miracle. Le seul vrai moyen d’apprendre, c’est par l’expérience, puis les erreurs.

N’abandonnez pas, quelque soit ce que vous visez : persévérez, vous y arriverez sûrement !


VOUS POUVEZ REUSSIR L’IMPOSSIBLE.

Vous devez vous fixer un objectif au-delà de vos capacités. Apprenez à dépasser totalement vos limites…essayez de faire ce dont vous pensez être incapable :

Si vous vous croyez incapable d’avoir votre photo dans le « time magazine », mettez-vous alors en quatre pour y arriver. C’est en vous dépassant que vous réussirez. Quelque soit l’avenir dont vous rêvez, faites-en votre réalité…


Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait!

IMG_20190414_191020

« JE VEUX ETRE AUSSI CELEBRE QUE *PERSIL ! » _ Victoria Beckam

«-Lesprit-est-tout.-Vous-devenez-ce-que-vous-pensez.-»-Bouddha*L'UNE DES MARQUES DE LESSIVE LES PLUS VENDUS EN GRANDE BRETAGNE.✨ 💫 🏆

Quels sont les meilleurs conseils de vie?

Belle-femme-dans-sa-chambre-tenant-une-lampe
Belle-femme-dans-sa-chambre-tenant-une-lampe

 

Une ex-introvertie qui écrit « sagement »
mais qui écrit heureusement,
avec un esprit libre. 😎

Eh bien, je ne sais pas si j’ai déjà acquis toute la « sagesse en moi »
pour vous donner des conseils de vie, mais laissez-moi essayer.
Mes belles années sur cette planète ont été suffisantes
pour apprendre comment les choses bougent. 😉

LE MAITRE N'EST PAS CELUI QUI N'A PLUS RIEN A APPRENDRE


  • Pardonnez aux gens. Pas parce qu’ils le méritent, mais simplement parce que vous méritez la paix. Soyez toujours rancunier, votre coeur sera consumé par la haine, libérez-vous !

 

  • Ne discutez pas beaucoup. Ne perdez pas de temps dans des explications. Peu importe ce que vous direz. Les gens vont entendre ce qu’ils veulent entendre.

 

  • Ne dites pas tout à tout le monde sur vous. Le fait est que personne ne s’en soucie de toute façon.

 

  • La vie est surtout une question de décision, rien d’autre. Mais ce n’est que 10% de ce qui se passe dans la vie, et les 90% (tout le reste), c’est donc comment vous  réagirez…

 

  • Trouvez quelque chose qui vous motive pour de vrai, et qui vous remplit d’enthousiasme au quotidien. Quand vous avez cet objectif, battez-vous pour lui en dépit des obstacles et de l’insécurité. Si c’est réellement ce que vous souhaitez, vos efforts finiront à coup sûr par payer.
  • Il y a des moments difficiles et des moments heureux. N’oubliez pas que rien ne dure et de même que rien n’est certain : c’est le concept de l’impermanence. TOUT EST EN PERPETUEL MOUVEMENT.

 

  • Ce que vous pensez est ce que vous êtes. Si vous ne croyez pas en vous, croyez-moi, même Dieu ne pourra vous aider : vos actions sont dictées par votre regard sur vous-même : Croyez que vous y arriverez, vous réussirez peut-être. Croyez en vous et vous y arriverez surement ! 💪

 

  • Faites attention lorsque vous choisissez des mots pour parler, car vous ne savez jamais combien de temps vos mots resteront dans l’esprit de quelqu’un, même longtemps après que vous ayez oublié ce que vous avez dit. Une parole négative peut tout changer : Utilisez par conséquent des mots positifs et curatifs  🙂

VOUS NE LE SAVIEZ PEUT-ETRE PAS..

  • Soyez le meilleur dans ce que vous faites. Vous conduisez ? Soyez le meilleur pilote. Vous cuisiner ? Soyez le meilleur cuisinier. Mettez vous à 100% dans le plus petit des travaux que vous faites. Mettez de l’ardeur et de la passion jusqu’au bout !

 

  • Prenez votre propre décision. Demander des avis, mais  conservez toujours votre  pouvoir de décision, et cela qu’elle soit juste ou fausse : soyez responsable, prenez sur vous, ne blâmez en aucun cas les autres.

 

  • Comptez vos bénédictions, pas l’argent gagné. Soyez un nom dans la prière de quelqu’un d’autre. Parce que l’ argent ne peut pas vous donner le bonheur, c’est juste une distraction de plus, de la tristesse…

 

  • Rencontrez plus de gens, visitez plus d’endroits. C’est comme ça que l’on apprend beaucoup et le plus rapidement. Plus vous interagissez avec les gens, plus vous apprendrez à quel point la vie est belle ! Vous allez apprendre à lire les gensVous apprendrez quelque chose de tout le monde.

 

  • Lire des livres, méditer, avoir la conviction. Votre santé physique et mentale est votre plus grande bénédiction. Rien, mais vraiment absolument rien d’autre n’est comparable à cela…c’est le plus important !

 

  • Etre fidèle à soi même c’est aussi très important. Ne pas laissez les dogmes brider votre esprit : soyez large d’esprit et avec une grande tolérance pour voir les choses et/ou comprendre les gens autour de vous…

La qualité de votre vie dépend de la qualité de vos relations…

  • Votre bonheur se base sur les gens qui vous entourent. Si ceux qui sont à vos côtés en valent la peine, vous le noterez.

Quand vous êtes reconnaissant, la peur disparaît
et l’abondance apparaît… 👌 💎

  • Des aliments sains et des personnes positives peuvent améliorer votre vie. Choisissez les personnes qui partagent de l’énergie positive, et qui vous inciteront à devenir une meilleure personne. Voilà, je pense avoir fait à peu près le tour et avoir tout dit ! 👀
Tu n'existe pas pour impressionner le monde...Nous n’avons qu’une vie, alors essayez de la passer avec des gens
qui vous font du bien. Tous les autres sont de trop !!!👍
👇
Tout le meilleur pour ce qui reste à venir. Merci d’avoir lu l’article,
Et maintenant, laissez-moi donc savoir si c’était utile…🙏😘
LE MONDE S’EVEILLE GRACE A VOUS 💋 
VOUS NE POUVEZ FORCEZ QUELQU'UN A RECEVOIR UN MESSAGE...

Le lavage de cerveaux en liberté…

Entretien de Daniel Mermet avec Noam Chomsky

Lavage de cerveau

(…)  Daniel Mermet : Chaque fois qu’on demande à un journaliste vedette ou à un présentateur d’un grand journal télévisé s’il subit des pressions, s’il lui arrive d’être censuré, il réplique qu’il est entièrement libre, qu’il exprime ses propres convictions.

 Noam Chomsky : Quand des journalistes sont mis en cause, ils répondent aussitôt : « Nul n’a fait pression sur moi, j’écris ce que je veux. » C’est vrai. Seulement, s’ils prenaient des positions contraires à la norme dominante, ils n’écriraient plus leurs éditoriaux. La règle n’est pas absolue, bien sûr ; il m’arrive moi-même d’être publié dans la presse américaine, les Etats-Unis ne sont pas un pays totalitaire non plus. Mais quiconque ne satisfait pas certaines exigences minimales n’a aucune chance d’être pressenti pour accéder au rang de commentateur ayant pignon sur rue.

(…) Le système de contrôle des sociétés démocratiques est fort efficace ; il instille la ligne directrice comme l’air qu’on respire. On ne s’en aperçoit pas, et on s’imagine parfois être en présence d’un débat particulièrement vigoureux. On procède, en quelque sorte, au « lavage de cerveaux en liberté ». Au fond, c’est infiniment plus performant que les systèmes totalitaires.

Prenons, par exemple, le cas de l’Allemagne au début des années 1930. On a eu tendance à l’oublier, mais c’était alors le pays le plus avancé d’Europe, à la pointe en matière d’art, de sciences, de techniques, de littérature, de philosophie. Puis, en très peu de temps, un retournement complet est intervenu, et l’Allemagne est devenue l’Etat le plus meurtrier, le plus barbare de l’histoire humaine.

Tout cela s’est accompli en distillant de la peur : celle des bolcheviks, des Juifs, des Américains, des Tziganes, bref, de tous ceux qui, selon les nazis, menaçaient le cœur de la civilisation européenne, c’est-à-dire les « héritiers directs de la civilisation grecque ». En tout cas, c’est ce qu’écrivait le philosophe Martin Heidegger en 1935. Or la plupart des médias allemands qui ont bombardé la population avec des messages de ce genre ont repris les techniques de marketing mises au point… par des publicitaires américains.

(…) Ainsi, lorsqu’une personne exerce son pouvoir sur une autre – que ce soit un dictateur, un colon, un bureaucrate, un mari ou un patron, – elle a besoin d’une idéologie justificatrice, toujours la même : cette domination est faite « pour le bien » du dominé. En d’autres termes, le pouvoir se présente toujours comme altruiste, désintéressé, généreux.

(…) L’industrie des relations publiques produit, au sens propre du terme, du consentement, de l’acceptation, de la soumission. Elle contrôle les idées, les pensées, les esprits. Par rapport au totalitarisme, c’est un grand progrès : il est beaucoup plus agréable de subir une publicité que de se retrouver dans une salle de torture !

(…) En France, au Royaume-Uni et, me semble-t-il, dans le reste de l’Europe, la liberté d’expression est définie de manière très restrictive. A mes yeux, la question essentielle est : l’Etat a-t-il le droit de déterminer ce qu’est la vérité historique, et celui de punir qui s’en écarte ? Le penser revient à s’accommoder d’une pratique proprement stalinienne.

(…) J’ajoute qu’il y a quelque chose d’affligeant et même de scandaleux à devoir débattre de ces questions deux siècles après Voltaire, qui, comme on le sait, déclarait : « Je défendrai mes opinions jusqu’à ma mort, mais je donnerai ma vie pour que vous puissiez défendre les vôtres. » Et c’est rendre un bien triste service à la mémoire des victimes de l’Holocauste que d’adopter une des doctrines fondamentales de leurs bourreaux.

 D.M. : Dans un de vos livres, vous commentez la phrase de Milton Friedman : « Faire des profits est l’essence même de la démocratie »

 N.C. : A vrai dire, les deux choses sont tellement contraires qu’il n’y a même pas de commentaire possible… La finalité de la démocratie, c’est que les gens puissent décider de leur propre vie et des choix politiques qui les concernent. La réalisation de profits est une pathologie de nos sociétés. adossée à des structures particulières. Dans une société décente, éthique, ce souci du profit serait marginal. (…)

 D.M. : Dans l’ouvrage qui vous est consacré aux éditions de I’ Herne, Jean Ziegler écrit : « Il y a eu trois totalitarismes : le totalitarisme stalinien, nazi et maintenant c’est Tina [1]. » Compareriez-vous ces trois totalitarismes ?

 N.C. : Je ne les mettrais pas sur le même plan. Se battre contre « Tina », c’est affronter une emprise intellectuelle qu’on ne peut pas assimiler aux camps de concentration ni au goulag. Et, de fait, la politique des Etats-Unis suscite une opposition massive à l’échelle de la planète. (…) Le programme économique néolibéral, qui a été imposé de force à toute l’Amérique latine dans les années 1980 et 1990, est aujourd’hui rejeté dans l’ensemble du continent. (…)

 D.M. : On vous range dans la catégorie des anarchistes ou des socialistes libertaires. Dans la démocratie telle que vous la concevez, quelle serait la place de l’état ?

 N.C. : On vit dans ce monde, pas dans un univers imaginaire. Dans ce monde, il existe des institutions tyranniques, ce sont les grandes entreprises. C’est ce qu’il y a de plus proche des institutions totalitaires. Elles n’ont, pour ainsi dire, aucun compte à rendre au public, à la société ; elles agissent à la manière de prédateurs dont d’autres entreprises seraient les proies. Pour s’en défendre, les populations ne disposent que d’un seul instrument : l’Etat. Or ce n’est pas un bouclier très efficace, car il est, en général, étroitement lié aux prédateurs. A une différence, non négligeable, près : alors que, par exemple, General Electric n’a aucun compte à rendre, l’Etat doit parfois s’expliquer auprès de la population. (…)

(Propos recueillis par Daniel Mermet, revus et corrigés par l’auteur.)

Extraits de l’entretien avec Noam ChomskyLe Monde diplomatique, Août 2007, N° 641.

Notes

[1] Tina, initiales de « There is no alternative » (« il n’y a pas de solution de rechange »), propos de Mme Margaret Thatcher posant le caractère inéluctable du capitalisme néolibéral, qui n’est qu’une forme possible de « mondialisation…».

Alors, considérez-vous toujours les médias de la même façon ? Cela reste à méditer n’est-ce pas ?