De doux rêves

BONNE NUIT 3

Au plus fort de l’orage, il y a toujours
un oiseau pour nous rassurer.

C’est l’oiseau inconnu. Il chante avant de s’envoler…

La sagesse est de ne pas s’agglomérer,
mais dans la création et dans la nature commune,
de trouver notre nombre, notre réciprocité, nos différences,
notre passage, notre vérité et ce peu de désespoir
qui en est l’aiguillon et le mouvant brouillard.

Allez à l’essentiel; n’avez vous pas besoin de jeunes
arbres pour reboiser votre forêt ?
Ne te plains pas de vivre
plus près de la mort que les mortels.

Il semble que l’on naît toujours à mi chemin
du commencement et de la fin du monde.
Nous grandissons en révolte ouverte
presque aussi furieusement contre ce qui 
nous entraîne que contre ce qui nous retient.

Imite le moins possible les hommes
dans leur énigmatique 
maladie 
de faire des noeuds.

Enfin si tu détruis que ce soit
avec des outils nuptiaux,

Ils sont privilégiés ceux que le soleil
 et le vent, suffisent à rendre fous,
sont suffisants à saccager !

Toute vie qui doit
poindre achève un blessé.
Voici l’arme, rien,
vous, moi,  irréversiblement
ce livre, et l’énigme
qu’à votre tour vous deviendrez,
dans le caprice amer des sables.
René Char

Impose ta chance, serre ton bonheur…

romantic-3961733__340

« Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers
ton risque. A te regarder, ils s’habitueront. »
« Rougeur des matinaux », Les matinaux,
René Char 1950 

Parfois, être seule peut aussi présenter quelques avantages : mais à chacun de l’interpréter à sa manière…cependant cela vous donne une grande liberté.

LES ZIDOLES

Aujourd’hui je mettrai en avant les réflexions de Marvin,
que j’ai trouvé très pertinentes somme toute…

PAR MARVIN ET SES HISTOIRES

Je suis rendu à ma cinquantième publication sur ce site. Je sais que je me répète mais je n’en reviens toujours pas. J’ai peine à croire que j’aurai encore de l’inspiration pour les cinquante autres jours à venir. On verra bien. Pour accomplir ce genre d’exploit (pour moi c’est un exploit!), le tout demande énormément d’imagination. De plus, on cherche également de l’inspiration de tout les côtés possibles. Parfois on ira même à s’inspirer de nos idoles.

C’est drôle que vous me parliez d’idoles (héhé) car je voulais justement explorer un peu ce sujet. Lorsque nous grandissons, on se créé des idoles. On les découvre à la télévision, au cinéma ou dans les magazines. Ce sont des gens à qui nous voulons ressembler ou du moins inspirer à devenir comme eux. Nous voulons devenir acteur, chanteur, médecin ou jongleur e couteaux suisse car on a vu que c’était quelque chose de possible et peut-être passionnant.

J’ai reculé dans mes souvenirs et je ne me souviens pas d’avoir eu beaucoup d’idoles dans ma vie. Cependant, je ne crois pas que c’est une mauvaise chose non plus. J’ai grandi enfermer la plupart du temps dans un pièce et je n’avais accès à aucun média. Je m’évadais donc dans les romans et dans les magazines que je lisais à l’école. Il y avait beaucoup de vedette que je n’idolâtrais pas mais ça ne m’empêchait pas de vouloir être riche et célèbre moi aussi. Je pense qu’il y a une nuance. Je rêvais d’être libre comme eux mais pas nécessairement de vire la même vie qu’eux.

Dans mon entourage, je n’avais pas de modèle à qui je pouvais m’identifier. J’ai eu des gens extraordinaires qui m’ont épaulé et aidé mais ce n’est pas pareil. Ah oui, j’ai toujours rêvé d’être comme Superman. Mais ça reste fictif donc mon point ne fait pas de sens. Lorsque j’étudiais le cinéma au cégep, mes idoles étaient Steven Spielberg et Stanley Kubrick mais ça vite fais son temps quand j’ai abandonné à la deuxième année. Je les admire toujours quand même. J’ai toujours préféré faire mes propres choses le plus originales possibles […]

Voir la suite sur : marvin et ses histoires…

LA « RÉUSSITE » EST ELLE VRAIMENT SYNONYME DE BONHEUR ?

CE DISCOURS PEUT VOUS AIDER À TROUVER VOTRE BONHEUR (MOTIVATION).